Avant restauration

Quelques photos avant la restauration :



CD avant restauration

WS-Slideshow - Template

Please update your Flash Player Plugin. You'll need to install the version 9.0.28 or later.



Un « grand huit pieds » classique français



Cela fait plus de quinze ans que je me rendais au chevet de cet instrument. Avec l’aide de Gérard Hoffalt, nous parvenions à chaque fois à lui redonner un peu d’énergie. Nous étions bien conscients que cela ne serait que de courte durée, mais nous avions l’espoir de redonner un jour à cet orgue toute sa splendeur.L’instrument avait souffert des années, mais plus encore de la folie des hommes. A vouloir le transformer, l’améliorer, le mettre à la dernière mode, on lui avait fait perdre son âme. Seul le buffet aux splendides proportions gardait fière allure et l’on devinait encore une certaine noblesse dans le timbre de l’un ou l’autre jeu.

C’est en février 2004 que le marché de restauration nous était attribué et la première tranche de travaux correspondant au démontage était lancée afin de pouvoir restaurer la voûte.

En septembre 2005, après deux années d’attente, la restauration pouvait réellement commencer. C’était le départ de toutes les questions, prémices d’une grande aventure. Compte tenu de l’état de l’orgue avant démontage, nous avions beaucoup de difficulté à évaluer la qualité réelle de l’instrument d’origine. Vue du mécanisme complexe avant démontage, résultat de plusieurs transformations malheureuses. Le bel agencement de l’orgue classique français avait été remplacé par un amoncellement de tuyaux sans autre logique que de permettre aux organistes de jouer la musique en usage au moment de chaque transformation. On avait adjoint trois notes aux sommiers des manuels, agrandi l’étendue du pédalier par un sommier encombrant le soubassement. Les jeux de mutation avaient laissé la place à des huit pieds gambés. Les graves sur moteurs pneumatiques étaient transférés contre le mur arrière, et pour clore le tableau, une machine Barker finissait de rendre l’accès dans le soubassement quasiment impossible. Par ailleurs, les plafonds ayant disparu, la tuyauterie remontée d’un ton était remplie de poussière et de gravats.