Restauration

Quelques photos de la restauration :



CD après restauration

WS-Slideshow - Template

Please update your Flash Player Plugin. You'll need to install the version 9.0.28 or later.



Commentaires :



Nous nous sommes attelés à cette tâche de restauration en respectant scrupuleusement les éléments anciens, première étape pour comprendre la démarche de l’auteur Georg Küttinger. Nous le percevions comme un lointain « cousin » puisqu’il était également originaire de Sarre-Union (anciennement Bouquenom). Puis nous nous sommes enhardis en rétablissant les dispositions d’origine les plus évidentes, l’occasion également de redécouvrir les techniques de fabrication du XVIIIe siècle. Peu à peu, l’instrument retrouvait son visage d’antan, avec des mécanismes épurés, rendant le toucher agréable, preuve s’il en est que le génie mécanique passe avant tout par la simplicité. Les questions trouvaient peu à peu leurs réponses, dévoilées par des indices jalousement conservés par l’instrument. L’orgue Küttinger allait ainsi retrouver le bel ordonnancement typique de l’orgue classique français.

La restauration de la tuyauterie fut réalisée suivant les mêmes règles de déférence. Lorsqu’il fallut re-concevoir les tailles des jeux disparus, nous n’avons pas hésité à les établir par deux méthodes différentes. Grâce à une concordance des résultats, nous avions alors la certitude d’une approche réussie. Le restaurateur doit avoir l’humilité de se laisser guider par la matière qui lui a été confiée, et non chercher à la pétrir ou se l’approprier. Ceci est primordial pour retrouver la sonorité d’un orgue. L’harmonie fut engagée suivant ce précepte, sans à priori. Le but n’était pas de réussir à obtenir une sonorité idéalisée, solution obligatoirement personnelle au restaurateur, mais d’avoir assez de confiance pour se laisser guider par les tuyaux qui avaient retrouvé leur diapason ancien. Le savoir-faire du restaurateur réside alors dans son aptitude à faire parler les tuyaux de manière naturelle. Cette approche s’est avérée concluante sur le plan technique, puisque tous les tuyaux ont pu être accordés sur un tempérament retrouvé, sans couper un millimètre de métal. C’est aux organistes à présent de juger de la pertinence de cette démarche sur le plan musical. L’orgue de Vézelise, un « grand huit pieds », aux particularités régionales sympathiques, a retrouvé son cachet. Il commence à présent une nouvelle vie au service de la liturgie et plus encore des activités culturelles que l’on souhaite nombreuses.

Composition actuelle de l'orgue :



I. Positif de dos

(50 notes . CD - d’’’)
Bourdon 8
Montre 4
Nazard 2 2/3
Doublette 2
Tierce 1 3/5
Larigot 1 1/3
Plein-jeu 5-4 rgs
Cromhorne 8
Basse de clairon 4
Dessus de Hautbois 8



II. Grand-Orgue

(50 notes . CD - d’’’)

Bourdon 16
Montre 8
Bourdon 8
Grosse Tierce 3 1/5
Prestant 4
Nazard 2 2/3
Doublette 2
Quarte de Nazard 2
Tierce 1 3/5
Grand Cornet 5 rgs
Fourniture 3 rgs
Cymbale 3 rgs
Trompette grosse taille 8
Clairon 4
Trompette de récit 8
Voix humaine Basse et Dessus 8


III. Echo


( 27 notes . c’ – d’’’ )
Cornet 5 rgs


Pédale

(initialement de 20 notes . F°G°A° - d
portée à 32 notes : F°G°A° - d’)
Flûte 12
Flûte 6
Bombarde 12
Trompette 6


Tirasse GO :
1° Do de pédale sur 1° Do / GO
Tremblant doux et Tremblant fort
Accouplement GO-POS à tiroir
4 soufflets cunéiformes
Diapason : 396 Hz
Tempérament inégal mésotonique modifié